Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2019

Un journal, des journalistes, des "journaleux"?

J’ai envie aujourd’hui de dénoncer cette manie qui prolifère, celle de ranger des gens dans des cases et uniformisés alors sous l’article défini LES. C’était frappant à propos de cette multitude de citoyens, ainsi désignés, les gens des classes moyennes. En oubliant que, statistiquement, la classe moyenne couvre 6 ou 7 déciles de population. Donc forcément assez différents. Quant à généraliser en parlant de cet ensemble très hétérogène,  les français, on voit que le moment est plutôt mal choisi.

Pas très rigoureux, je vais justement tomber dans le travers dénoncé plus haut. Et parler d’une corporation mise en évidence ces temps-ci : les journalistes rangés dans un même sac, du moins pour les critiques. On leur reproche d’avoir sacrifié l’analyse au profit de l’immédiateté. Pour leurs lecteurs, passablement fans des réseaux sociaux, ils font monter la mayonnaise sur un mot, une phrase mis en exergue. Et puisqu’on vit dans l’image, ils piquent sur celle qui fera mouche. Les « gilets jaunes » ne leur doivent-ils pas quelque peu leur mise sur le devant de la scène ?

D’autres critiques plus sournoises en font les servants dévots des milliardaires qui ont investi dans les médias. Je crois ces magnats assez intelligents pour laisser aller son chemin un titre qui s’est forgé une image depuis des décennies.

On leur prête aussi des revenus plantureux. Mes sources confirmées leur laissent en tous cas la fameuse niche fiscale qu’on peut leur envier. Mais sur les 600 niches encore en place, ce n’est pas forcément la 1ère à faire sauter. Et d’ailleurs, ne méritent-ils pas un bonus ces forçats des news prêts à sauter sur le Nagra à la moindre séquence explosive ou à se lever aux aurores pour assurer le journal à l’heure où les autres partent au boulot.

Reproches fondés ou non, je trouve insupportable dans un pays affiché démocratique qu’ils soient injuriés sur de douteux  motifs. Quelques excités, sous couvert de la révolution jaune, ont é té jusqu’à en tabasser plusieurs, de toutes obédiences d’ailleurs. Est-ce que ce « peuple » ne supporte plus la réalité des faits ? Préfèrerait-il vivre chez Erdogan chez qui il n’y aura bientôt plus de journalistes ?

Il y avait chez mes proches 2 journalistes. Ils ont quitté le métier, donnant à penser qu’ils ne croulaient pas sous des liasses d’euros et qu’ils ne se prélassaient pas dans leur petit jardin d’Eden. Et d’ailleurs, dans les métiers préférés des français, la profession accroche péniblement le top 10 à la dernière place, après les cuisiniers, les vétérinaires. C’est dire ! Et malgré ce brouillamini, surexposé en ce moment, j’espère qu’on aura toujours de ces forçats de la vraie nouvelle, pesée, vérifiée, pour qu’on croie encore mériter notre démocratie.

11:11 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1)

16/01/2019

Vive le vent, vive le vent d'hiver (chanson populaire)

On s’achemine avec mon épouse vers les 60 ans de vie commune sans avoir connu de lourds nuages. Subsiste néanmoins une divergence tenace : elle n’aime pas l’hiver et j’adore la neige. Pas seulement parce que je la pratique, mais aussi parce que ma télé (et oui à mon âge, on la regarde) va me servir des épreuves de ski de fond et non plus m’abreuver de foot.

On me voit venir avec mes gros sabots (avec mes boots), je vais encore dégoiser sur le foot. Je réitère : aucune animosité vis-à-vis des jeunes pratiquants qui s’y forment à la discipline et aux vertus de l’équipe. Par contre j’ai une vraie allergie à l’argent que ce sport véhicule et aux excès collatéraux.

Une bonne illustration m’est donnée par l’exploit du champion Ribéry. Il s’est fait faire à Dubaï une entrecôte bardée à l’or fin. Déjà stupide, mais encore plus quand il revendique cette folie en insultant ceux qui avaient suggéré qu’il pouvait dépenser son argent plus utilement.

Et on voudrait que j’admire de tels bouffons ! Heureusement, son club, allemand, a indiqué aussitôt qu’il serait taxé d’une lourde amende. Je suis sûr que les clubs français, devant quelques gaspillages identiques, ne manqueront pas de s’inspirer de cet exemple !

En fait ces records de vulgarité n’ont qu’un  but : se singulariser sur les fameux réseaux sociaux. Ce grand défouloir où on peut écrire n’importe quelles inepties. On connait les pires et ce serait leur faire trop d’honneur que d’en exhumer certaines. Ces déraillements m’évoquent le gamin, à l’abri dans sa chambre, jouissif de pouvoir dégoiser les très gros mots qu’on lui a interdits.

Sauf que là, ce n’est pas enfantin du tout. C’est même épouvantable, surtout lorsque, sous couvert d’anonymat, les lâches peuvent expulser leur bile. Je repense à mon très pacifique beau-père et sa phrase fétiche : « un bon coup de mitraillette ! ». Sa façon à lui  de dire devant des monstruosités, qu’on ne doit pas s’embarrasser  de biais et de circonvolutions : on tranche !

Sa fille, mon épouse donc, a gardé quelques parcelles du gêne du tranchage, mais employé généralement à bon escient. D’ailleurs, elle a tranché : elle me laisse l’hiver et ma neige !

09:48 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

09/01/2019

Bonne année

Pour certains le rituel des vœux au début janvier a des allures de ringardise. Je lui trouve, quant à moi, bien des mérites. En effet, même si nos proches ne doutent pas de notre affection, l’exprimer à cette occasion en donne une certaine ponctuation. Quant aux moins proches, distiller pour eux quelques bouffées d’empathie est toujours mieux que larguer des bombes d’égoïsme et d’intolérance.

Je vais en retrouver demain quelques-uns sur les pistes de fond. Le groupe accueillera sans doute des nouveaux dont la silhouette sera plus proche de l’auguste vieillard que celle d’un altier Apollon. Quoi qu’il en soit, même ahanant au sommet de la côte, chacun se dira : « mon année supplémentaire ne m’empêche pas de glisser, heureux, avec les copains ».

De l’hiver passant au printemps, comment ne pas songer à toutes les confréries du vélo, aux randonneurs chenus, aux acrobates du VTT, aux dévots de la belle mécanique. Qu’ils osent enfiler leur gilet jaune, même maintenant sacralisé, avec pour seule revendication d’être bien vus des autos toujours plus ou moins en maraude de gibier cycliste.

Pour les gilets, ceux des ronds-points, on peut souhaiter, et à nous tous, une démocratie  plus vaillante. Si cela devait advenir sous la forme d’un referendum d’initiative citoyenne, j’espère de bons contreforts. Le peuple de droite et le peuple de gauche se sont bien exprimés en 2017 aux primaires. Quand on voit ensuite le résultat de chaque champion, on s’interroge sur ce que  le peuple voulait vraiment dire.

Sortant de notre pré-carré français, je souhaiterais assez qu’à la place de la malheureuse Californie, ce soit le golf privé de monsieur Trump qui subisse une mega-inondation. Pendant que ça sèche, il pourrait constater que le chef du plus puissant pays du monde ne peut pas commander au ciel.

Là, mon vœu est plutôt un rêve. Revenons sur terre. Et souhaitons que, derrière ce numérique triomphant qu’on nous promet, puisse se glisser des zestes d’humanité à l’égard des handicapés, des vieux abandonnés, des enfants de mères aux abois. Si on progresse un peu dans ce registre, alors 2019 sera une bonne année.

16:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)