Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2019

Ma vie à ne rien faire

L’allergie au boulot qui, chaque dimanche soir, te crispait

S’éteignit un lundi de ton nouveau statut : retraité

Maître de ton temps, tu vaques, vaille que vaille

A tes p’tites occupations, surtout pas de  travail

Ainsi tu ne vas pas acheter notre pain quotidien

Tu te fais ta p’tite marche, c’est pour ton bien

Si tu fais un clafoutis, ou même un moelleux

Rien qu’à la pensée d’y goûter, te voila tout heureux

Tu as droit au jardin, même devenu parc animalier

Où tu peux nourrir les oiseaux ou les chats familiers

Plutôt que te morfondre au logis faute de boulot

Tu prends parfois le temps d’enfourcher ton vélo

Après le diner mérité, pour la pause vespérale

Au long des jardins, regret de vieilles activités rurales

Puis c’est l’EHPAD, refuge de bien des parentèles

Même tout cabossé, il n’aura pas ta clientèle

Bien sûr ta forme rencontre quelques écueils

Epuisé à ne rien faire, tu te rends au sommeil

Avant, au boulot, pas toujours plein de vaillance

Tu t’offrais, dans un coin, une petite somnolence

Egaré dans un monde bouffi d’activités

Tu assumes, sans remord, de vivre retraité.

 

09:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

24/09/2019

Notre raid des patrimoines

Ce raid tardif en C-car était voué depuis longtemps à la contemplation du Mont-Blanc. On a contemplé  la mythique montagne de face, de dos, de profil. Sous toutes les coutures, tel un mannequin virevoltant pour présenter tous les aspects de sa vêture. Le mannequin étant fixe, c’est nous qui avons tourné autour, du haut du Petit-Saint-Bernard à Courmayeur, en passant par Chamonix, toujours admiratifs.

Je comprends qu’on puisse aimer la Beauce et la chanter, tel Péguy. Mais la montagne facilite davantage le dithyrambe pour les modestes plumitifs. On se plait à imaginer les cohortes d’alpinistes, ou présumés tels, accomplissant ce rêve de la gravir. Cela semble moins fréquent en Beauce.

Ce que nous avions moins prévu : que ce raid  soit la tournée du luxe italien. Cela commence à Courmayeur. Dans une station de montagne, on s’attend à rencontrer des  randonneurs chaussés lourds et cordes autour du cou se réfugiant dans de modestes chalets. Ici, la moindre maison, au toit de lauzes et balcon fleuri, affiche le top de  l’élégance italienne.

Installés dans ces habitats qui en jettent, les magasins sont à l’unisson. Pour illustrer, la carte du restaurant 5 * que mon épouse a voulu voir de plus près était pharaonique. Néanmoins, pour un éventuel en-cas, le majestueux spot proposait un sandwich, à 28€ quand même.

Même si les valdotains n’ont pas suivi la Savoie et Nice vers la France en 1860, ils ont gardé le français, bien commode pour nous. Avec l’élégance dont ils ne se départent jamais, ainsi que le démontrait notre hôte au « Petit bistrot ». Mon épouse garde un souvenir ébloui des italiens lors de son voyage de fin d’études à Rome. Il semble bien qu’il n’est pas complètement effacé.

On avait aussi prévu d’admirer les glaciers du Val Ferret. Même avec leur langue coupée, leur majesté nous sautait aux yeux. Dans un tel décor, il va sans dire qu’on ne va pas trouver à leurs pieds de quelconques bicoques. On retrouvait le luxe de la voisine Courmayeur. Juste une idée : un simple chalet affiché à l’agence à 4,5 millions d’euros.  Notre accoutrement plus proche de celui des gens du nord de la Roumanie que de Venise était toléré, assimilé sans doute à celui d’un cuisinier ou d’une femme de ménage subsistant là. Il est clair pourtant que certains politiques italiens au verbe haut et peu châtié n’habitent pas là : ils feraient tâche !

Secoués par tant de luxe dans les paysages, les maisons et leurs hôtes, nous visions ensuite une détente. Bien trouvée à la Chartreuse du Reposoir. Journées du patrimoine que nous avions oubliées. A notre repos s’ajoutait la vision de modestes français venant se régaler, une fois l’an, des beautés de notre France.

17:42 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

16/09/2019

Quand les instits...

Quand l’instituteur faisait partie, en membre éminent, avec le maire et le curé,  de l’ancienne trilogie sacrée des années 50-60, c’était quelqu’un. Reconnu, sa prestance et sa belle écriture en pleins et déliés le désignait forcément à la fonction de secrétaire de mairie. Capable en outre de déchiffrer les textes abscons de l’administration. Tel le Joseph de Pagnol dans « La gloire de mon père »,  il fleurait bon aussi une certaine laïcité de bon aloi.

Quand l’instituteur était « l’instit », le titre lui convenait bien. La manie de l’éducation nationale de changer les noms faute de changer les prérogatives, en font aujourd’hui un « professeur des écoles ». Ce qui, côté budget lui fait une belle jambe. Mais pour les pratiquants de la carte de visite, ça sonne mieux que professeur de tai-chi, tout en restituant quelques miettes de l’aura de respectabilité d’autrefois.

Pendant des décennies l’instit a bénéficié du repos sacré du mercredi, et il le consacrait encore aux enfants. Rendant en quelque sorte à la République son dû, dans ce quasi-apostolat, il leur organisait des jeux ou des occupations plus culturelles sans  label particulier ni compensation pécuniaire non plus. Qu’il prolongeait d’ailleurs souvent, bénévolement bien sûr, en qualité de moniteur, voire de directeur, de colos.

Quand les instits avaient des vacances confortables par rapport aux autres, (les 5 semaines de congés pour tous ne sont pas si vieilles) ils étaient, sur le routes de France et de Navarre, les rois de la caravane. Un investissement qu’eux seuls pouvaient amortir. Se le payant d’ailleurs avec 2 salaires, le métier se pratiquant couramment par couple.

Quand l’instit a retrouvé son mercredi, après une brève éclipse de quelques années, il ne s’occupe plus des mômes qui l’ont fait souffrir pendant la semaine. Il va engorger les caisses de Conforama avec des charriots plein de tournevis, de forets de 10, de planches, destinés à son traitement par l’activité manuelle. Il s’est pourvu pour cela d’une bicoque en ruines qui lui apporte, en attendant de devenir l’incontournable lieu de rencontres formidables avec les copains, de belles ampoules aux mains.

C’est là, en tous cas, qu’il oublie les p’tits monstres, qu’il souffle, se refait une provision d’énergie, prêt à retrouver le lendemain le turbin avec ardeur, en bon petit soldat de la République qu’il restera toujours.

09:50 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)