Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2017

Au départ, on a bien, tout compris, 206 os (le 10 juillet)

Le Tour de France qui me mobilise assez quotidiennement ce mois de juillet a décrété son jour de repos. C’est dire que se poster devant la télé me fournirait peu d’émotions. Un bon jour pour écrire donc.

Ecrire sur quoi ? Mais sur le vélo justement, puisque paraphrasant Terence : Rien de ce qui est cycliste ne m’est étranger. Et pourquoi pas sur les évènements du Tour, dont sa dernière étape. On nous la promettait entre Nantua et Chambéry  terrible. Et elle le fut, par cette enfilade de cols et par les chutes spectaculaires.

La plus terrible : sans doute celle de Geraint Thomas, propulsé dans le décor à 90 à l’heure ! Elle me parle déjà par sa violence. Un peu aussi, je dois dire, par le résultat : clavicule et hanche cassées. Parmi mes divers avatars, j’ai aussi réussi ce doublé, mais en 2 fois. La clavicule par le ski, la hanche par le vélo. Ajoutant ainsi quelques pièces métallo-plastiques dans mon corps.

Avec une question quasi identitaire : est-ce encore vraiment moi, reconstruit de ces divers éléments en kit ? Et cette autre question qui pourrait surgir après ma mort. Imaginons une dame un peu rapiat se souvenant de ma remarquable plastique et exigeant qu’on me déterre pour une recherche en paternité (idée folle évidemment mais jusqu’où n’irait-on pas par esprit de lucre). Idée encore plus folle si le préposé à l’opération prélève du plastique au lieu de l’os originel !    

Franchement ce n’est pas cette perspective qui va hanter mes nuits. J’ai de meilleures raisons de tâcher de garder intacts ce qui reste en original de mes 206 os. D’abord les remarques de mes proches qui préfèrent les visites ailleurs qu’à l’hôpital. J’avoue que moi aussi, j’en suis à enclencher la pédale douce. Observant que certains passages, que j’eus autrefois traités par-dessous la jambe (sans jeux de mots) de collets se sont mis à me résister. Cyclons, cyclons, mais en papy, puisque je le suis !

 

10:56 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2017

Vraiment sympa d'être un petit peu plus vieux

Un peu de gaieté après le post de la semaine dernière. Je la dois à mon épouse qui avait proposé  pour mon anniversaire un petit séjour en amoureux. Elle avait choisi pour cela le Beaufortin qui fut, pendant de nombreuses années, la semaine apéritive de nos vacances.

On peut dire que nous sommes gâtés à Grenoble avec cette couronne de montagnes qui encercle la ville. Mais celles du Beaufortin nous enchantent plus encore, plus herbeuses que caillouteuses. Grâce aussi à ces lacs, naturels ou artificiels, qui en sont autant de miroirs.

 Et, éparpillés dans ce nuancier de verts, il y a les habitants, rudes et courageux. On y trouve évidemment l’exception du crétin comme ce restaurateur, annonçant son menu en hors taxes (étrange et jamais vu ailleurs) et présentant la facture en TTC, 20% en plus. Tous les autres, en vrais « montagnons », sont d’abord réservés mais authentiques et directs dans leurs contacts.

Un terrain de choix également pour le cycliste que je suis. Pas un col qui m’ait échappé au cours de ces fameuses semaines. Pas même ce vicieux Col du Pré dont la conquête ouvre une fenêtre sur le Mont-Blanc.  

Et puisque nous en sommes au vélo, la cerise sur le gâteau (d’anniversaire) j’ai eu droit au début du Tour de France avec une télé dans la chambre pour le suivre ! Pour redécouvrir là encore tous nos fabuleux paysages. Bien sûr aussi les prouesses des champions, accompagnées comme toujours des ronchoneries de ceux qui ne savent pas ce que vélo veut dire.

Un Tour qui explore le Jura ! Des coureurs qui pédaleront sur ces routes que j’ai tant de fois parcourues.  Pour arriver aux Rousses, autre terrain d’exploits personnels, en hiver pour le coup.

 

17:18 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

30/06/2017

Bavassons un peu

Aux approches de mon anniversaire (un peu au-delà des 80) j’ai la chance de pouvoir compter sur un avenir assez serein, du moins au plan physique. Ce dernier régentant tous les autres, je peux me laisser aller à une certaine euphorie. Non sans jeter, précautionneux, un œil vers un avenir très pratique : vivrons-nous demain, encore dans cette grande maison ? 

En tous cas je ferai tout mon possible pour  ne pas échouer dans un de ces mouroirs qu’on appelle EHPAD. D’abord à cause de mon allergie à l’enfermement. Déjà dans mes années  de prisonnier en pensionnat, je faisais  le mur plus par principe que pour la mauvaise cigarette-prétexte. En pire aux yeux des « bons » élèves, j’escaladais quelquefois le toit de la chapelle, où l’ajout du risque me procurait un ersatz de liberté.

Je crains surtout, nouveau pensionnaire de l’EHPAD, d’être affublé de cet immonde bavoir, incontournable fanion de la vieillesse. Sûr, un vieux, ça tremble, ça godaille, bref ça bave. Encore heureux qu’on nous épargne la bavette à poche, façon kangourou, réservé quand même aux vrais bébés.

Pour conforter mon allergie, dans ces endroits, on se plait à bavasser, c’est-à-dire à dégouliner de bave dans un flux de paroles pas toujours de grande finesse. Des conversations assez souvent trempées, malheureusement, dans la fameuse « bave du crapaud ».

L’étendue de ces diverses turpitudes me fait préférer le sens figuré : en baver. Ce que je fais avec un plaisir assez masochiste, l’hiver sur des skis et l’été sur un vélo. Ce pourrait être d’ailleurs une assez heureuse fin qu’un jour en en bavant sur une route, je me  fasse terrasser par la grande faucheuse, un fameux pied de nez aux sorcières de l’ EHPAD.  

Aux approches de mon anniversaire (un peu au-delà des 80) j’ai la chance de pouvoir compter sur un avenir assez serein, du moins au plan physique. Ce dernier régentant tous les autres, je peux me laisser aller à une certaine euphorie. Non sans jeter, précautionneux, un œil vers un avenir très pratique : vivrons-nous demain, encore dans cette grande maison ? 

En tous cas je ferai tout mon possible pour  ne pas échouer dans un de ces mouroirs qu’on appelle EHPAD. D’abord à cause de mon allergie à l’enfermement. Déjà dans mes années  de prisonnier en pensionnat, je faisais  le mur plus par principe que pour la mauvaise cigarette-prétexte. En pire aux yeux des « bons » élèves, j’escaladais quelquefois le toit de la chapelle, où l’ajout du risque me procurait un ersatz de liberté.

Je crains surtout, nouveau pensionnaire de l’EHPAD, d’être affublé de cet immonde bavoir, incontournable fanion de la vieillesse. Sûr, un vieux, ça tremble, ça godaille, bref ça bave. Encore heureux qu’on nous épargne la bavette à poche, façon kangourou, réservé quand même aux vrais bébés.

Pour conforter mon allergie, dans ces endroits, on se plait à bavasser, c’est-à-dire à dégouliner de bave dans un flux de paroles pas toujours de grande finesse. Des conversations assez souvent trempées, malheureusement, dans la fameuse « bave du crapaud ».

L’étendue de ces diverses turpitudes me fait préférer le sens figuré : en baver. Ce que je fais avec un plaisir assez masochiste, l’hiver sur des skis et l’été sur un vélo. Ce pourrait être d’ailleurs une assez heureuse fin qu’un jour en en bavant sur une route, je me  fasse terrasser par la grande faucheuse, un fameux pied de nez aux sorcières de l’ EHPAD.  

09:13 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (1)