Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2019

Trottinons un peu

Aujourd’hui, il faut qu’on parle trottinettes

Ce jouet enfantin du temps de nos dinettes.

L’aimable engin a maintenant un moteur

Dont usent abusivement ses utilisateurs

Depuis que la technologie a fondu sur elles

Elles provoquent sans arrêt des querelles

A Paris c’est le thème de tous les candidats

Faut-il les tolérer ou bien pas ?

Mon arrière petit fils en a une sans moteur

Motorisé à 3 ans ce serait un malheur

Mais je me demande pour la p’tite sœur à venir

Avec le progrès, comment ça peut finir

Dans ma ville où on est plutôt fan de vélo

On ne les voyait pas envahir de si tôt

Jusqu’à que l’une d’elles m’envoie sans remords

Tâter encore une fois des graviers du décor

 C’est juré : on ne m’y reprendra plus

En attendant, j’en reste sur le cul

 

16:01 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

14/08/2019

50 nuances de vert

Dans la palette des divers symboles, la couleur verte représente l’espoir et induit un certain optimisme. Quand mon cerisier affiche quelques cerises vertes et formées, on sait qu’elles vont près de passer au rouge et d’être dégustées. Quand des jeunes ne réussissent pas tout à fait un projet, on dit qu’ils sont encore verts, mais que le faisceau de qualités déjà démontrées s’exprimera à plein dans le prochain.

Au rebord de la montagne qui cerne notre village, on a « la frange verte » représentant un bain de nature et protégée de toute installation pérenne. Il est vrai que penser y construire une maison relève de la plus grande témérité. Aucune route ne la dessert et même le chemin VTT n’est pas de tout repos !

Si on observe pour la « frange verte » un respect, obligé ou non, ce n’est pas du tout le cas des bandes vertes qui jalonnent les intersections de rues et les ronds-points. Je ne veux pas « ramener ma science » sur un rond-point qui a failli m’envoyer « ad patres ». Mais les observant de plus près maintenant, je vois que la bande verte de priorité n’induit que l’indifférence.

Il y aura toujours des bonnes âmes pour expliquer que les conducteurs de vieux permis n’ont pas intégré ces nouveautés. Ils peuvent se demander si ce vert est juste une incitation pour les vélos comme pour les autos à faire attention. Je vois bien, hélas, que de jeunes permis ignorent la priorité et même l’attention.

S’il y a un pays qui idolâtre le vert, c’est l’Irlande, la « verte Erin ». Les sportifs hollandais sont toujours en orange, les gallois en rouge, mais les irlandais portent l’espérance du vert jusqu’à l’obstination. Il suffit d’observer leurs rugbymen  s’accrocher jusqu’à l’ultime seconde, et souvent décrocher la victoire parce qu’ils y ont cru.

Chez les politiques, le vert, si j’ose le dire, reprend des couleurs. A l’approche des élections, le parti « vert » est plein d’ambitions et les autres partis verdissent à vue d’œil. Que n’ont-ils la niaque des irlandais ! Soyons beaux joueurs ! Si un parti, au-delà de la chasse aux voix, démontre qu’il a la capacité de réaliser au moins une de ses propositions pour le durable, je lui accorde mon feu vert.  

10:38 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

05/08/2019

Avenir, à nous deux!

Dans un dernier post, j’évoquais ma fréquentation des docteurs et de leurs lieux d’exercice. Par hasard, cette semaine était marquée par une sorte d’acmé des  rencontres avec eux.

C’était d’abord pour les yeux et apprendre que le souci de mon oeil gauche se porte bien, merci ! Je vais donc éviter les 3 séances de réparation, pas vraiment douloureuses, mais fastidieuses ( dès qu’on met le pied dans un bloc opératoire). Et c’est parti pour les nouvelles lunettes à voir moins mal.

Pour rester dans la tête, c’était aussi le tour des oreilles et de leur correction artificielle. L’homme de l’art a réglé cela promptement à ma satisfaction mesurée. En effet, je pourrai moins faire le sourd quand on me dira que la couleur de ma chemise tranche avec celle du pantalon. Ni regarder ailleurs lorsqu’on soulignera que je ne bois pas assez. D’eau bien sûr, que je bois avec modération pour ne pas rendre jaloux mes « communards ».

Histoire de compléter le tableau, la date du massage offert par nos petits-enfants tombait justement là. Les yeux mi-clos, on va pouvoir rêver aux tellement sympathiques massages thaïlandais. Le sourire et le parler par gestes expressifs des opératrices de Bangkok en moins!

En retraité pépère, qui acquitte sa CSG, j’ai payé tout ça sans même attendre la 2ème étape d’amélioration de prise en charge de la sécu pour ces prestations. Complètement remis à neuf, des organes d’origine aux prolongements artificiels, nous voici prêts pour de nouvelles aventures. Justement, notre maison à roulettes, que divers aléas ont laissée au chômage depuis quelque temps, n’attendait que cela pur se dégourdir les roues.

10:04 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (1)