Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2021

Liberté chérie (chant de ralliement de mon beau-père)

S’il y a un mot galvaudé, c’est celui de liberté qu’on balance à tous les échos et venant de n’importe qui. Dans ce concert d’assertions péremptoires souvent dissonantes, je peux sans doute glisser mon avis sur ce sujet qui mériterait plus de respect.

Et si on commençait par définir le mot. On s’accorde en général à dire que la liberté permet de faire ce qu’on veut à condition de ne pas gêner celle des autres. On comprend ainsi que rouler sur la route (ou les trottoirs) soit réglementé, que les contacts, physiques ou verbaux, le soient aussi.

Les problèmes naissent lorsqu’il n’y a pas unanimité, que la loi est imprécise, qu’on veuille se singulariser en étant contre. Ainsi la liberté affichée de ne pas se vacciner est surtout un égoisme affiché malgré les 4 millions de morts dans le monde et les plus de 110000 en France.

Du reste, défendre cette « liberté » en détruisant des centres de vaccination  signe le niveau de ces défenseurs. La violence n’est jamais démonstration, et le ridicule non plus. Dans un village du nord de la Hollande, ce n’est pas une secte, mais de simples protestants, tous unanimes cependant contre le vaccin. Leur pasteur pense ainsi expliquer leur position : c’est Dieu qui envoie cette maladie, on ne doit donc pas s’y opposer !

On invoque aussi la liberté de défendre sa façon de vivre même quand elle offense la planète. On réserve son soutien à l’écologie dans ses déclarations, mais dans la réalité on veut défendre ses choix de voiture et de son usage. Aussi bien, on ne sait pas trop si c’est 40000 morts dus aux particules fines ou davantage. Après tout, les  avis de décès des médecins précisent un cancer, un A.V.C. jamais de particules fines.

Le mépris des autres, couplé à l’argent, ne s’embarrasse même plus d’explication. Ainsi des 2 zozos qui s’envoient en l’air… spatial ! Avec un peu moins de milliards, on profite à Dubaï de la  piscine de 60 mètres de profondeur et de ses tonnes d’eau de mer désalinisées, de sa piste de ski entretenue malgré les 40 ° à l’ombre. Les 17000 français qui ont choisi l’Emirat pour le confort, l’absence d’impôts, dénigrent à loisir leur pays tellement ennuyeux avec ses restrictions au nom du climat.

Si on s’interroge sur ce qu’est la vraie liberté, il suffit de comparer. D’un côté, il y a la liberté offerte par les nouvelles mobilités, telle le déplacement à vélo. De l’autre, il y a les énormes producteurs de CO2, dont la liberté revendiquée ressemble davantage à un caprice d’enfant gâté, mais à millions.

15:45 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire