Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2018

En 68 : "chassons la raison" en 2018 : on l'a fait!

Comme des gens qui ne se sentent pas très à l’aise, nous ricanons grassement en ce moment des déboires des italiens à la recherche d’une majorité de  gouvernement. Pourtant,  notre parlement et son fonctionnement ne donnent pas l’image d’un parfait bon sens.

Cela se remarque lorsqu’il dépense des heures précieuses à débattre sur des sujets peu accordés à l’importance de l’institution ou dont la solution relève du simple bon sens. Voici qu’on nous propose une loi pour interdire les portables en classe. D’abord, espérons que les règlements d’établissement le prévoient déjà. Et si ce n’est pas le cas, interrogeons l’autorité du proviseur et pas la loi.

On est décidemment très prévenants avec nos petits. Pour eux, on veut concocter aussi une loi qui mettrait des produits locaux dans leurs assiettes et leur épargnerait la viande systématique à chaque repas. Si l’établissement n’y avait pas encore pensé, partons pour une loi (et autant d’occasions de la contourner).

Décidemment, on n’est pas avare de lois, tellement qu’on ne les applique pas toujours. Souvenons-nous de la future loi obligeant les automobilistes à garder leurs codes allumés même le jour. Qui  se souvient du résultat prévu au bout des 6 mois d’essai et de la suite donnée?

Depuis que faire de la politique est devenu un métier, l’élu traque la moindre rumeur dont il se saisira avec l’espoir de marauder ainsi quelques voix à la prochaine élection. Avouons alors que les citoyens se prêtent volontiers à la manœuvre. Certains viennent ainsi de réclamer l’interdiction du « wheeling ». Un  parfait dérapage, retirant aux policiers ou aux parents leurs responsabilités.

Les français sont des citoyens curieux qui réclament l’ordre, l’adorent et l’ébrèchent dès qu’ils le peuvent. On ne peut qu’approuver le Général qui pratiquait peu la langue de bois et avait déclaré : « les français sont des veaux ».  Dans ces conditions, pas étonnant que ses indéfectibles supporters aient été surnommés les « godillots ».

14:57 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire