Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2021

QU'allons-nous faire dans cette galère

Malgré les atermoiements de l’Agence mondiale antidopage et du C.I.O. tout le monde connait maintenant l’organisation d’état d’un  système généralisé de dopage des athlètes russes pendant 20 ans. Mais le livre de Gregory Rodchenkov, qui en fut l’acteur principal, authentifie cette énorme tricherie, en précisant quelques moyens utilisés. Après les disparitions mystérieuses de quelques collègues, il se réfugie aux U.S.A. d’où il vient d’écrire ce brulot.

L’apothéose devait éclater aux jeux d’hiver de Sotchi en 2014. Poutine exigeait 30 médailles ( sous nandrolone et EPO, les fondeurs en ramèneront 33, dont 6 ou 7 retirées depuis les révélations du dopage). Ce qui me chagrine : le ski de fond tellement exigeant, j’en sais quelque chose, mais épanouissant, saboté pour de mauvaises raisons politico-médiatiques.

Le pire peut-être : les querelles entre agences antidopage, nationales et internationales ont produit le comble de l’hypocrisie. Le Tribunal arbitral du sport a repêché pour les  championnats du monde de biathlon, parmi les athlètes russes non radiés à vie, quelques têtes qu’on a affublé d’un acronyme exotique, apparemment dérussifiés. Heureusement que devenus « propres », ils n’ont rien gagné. Quel hymne aurait-on trouvé pour les accompagner sur le podium !  

Ces sanctions et amnisties provenant d’organismes officiels qui se tiraillent entre eux donnent l’impression d’un fameux panier de crabes. Du reste, sans aucun hasard, les divers responsables de ces instances sont en attente de procès ou déjà condamnés. Soit pour l’obtention d’une coupe du monde de foot au Quatar ou un Paris-Dakar en Arabie saoudite.

Le gros ennui, c’est que Paris a été se ficher dans cette galère avec les J.O. 2024 dont on se serait bien passé. Anne Hidalgo, qui était contre, malgré un caractère espagnol bien trempé, a changé d’avis et se réjouit de ce cadeau. Empéguée dans le marigot, elle va se réjouir des dépassements de budget, du salaire extravagant d’Estanguet, le chef du grand bazar, des chantiers en retard.

Et moi, que me reste-t-il à faire ? A part participer à la grande tambouille avec mes impôts. Je ne vais tout de même pas me réjouir des exploits des Kényans, qui ont toujours une bonne excuse d’être absents lors des contrôles inopinés. Il me reste à monter sur mes skis ou mon vélo et disperser toutes ces noires pensées au vent des cimes !

08:23 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Je ne connaissais pas les histoires russes, peu ragoûtante ma foi ! Pour le Quatar si. S'ils pouvaient être boycottés ces JO déjà assassins.
Quant aux Jeux parisiens, quelle bêtise, quel gâchis. Tous ces gens vivent sur une autre planète, le nationalisme, l'argent, le prestige, la compétition. Au temps du Covid on voit bien tous les avantages que ça a ces ""valeurs".

Écrit par : Marc | 08/04/2021

Répondre à ce commentaire

Heureux de t'apprendre quelque chose même peu ragoutante!

Écrit par : maumau | 09/04/2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire