Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2019

La consolation de la vieillesse est de rendre la jeunesse heureuse (Voltaire)

De tous temps, il y a eu une sorte d’incompréhension entre les jeunes et les vieux. Chaque camp distribuant, plus ou moins finement, ses critiques à l’autre camp.

Fatalement dans le camp des vieux, j’assume que les jeunes m’énervent un peu. Je crois qu’ils font exprès de nous mettre sous les yeux leur beauté, leur vivacité et leur habileté. Quand une svelte silhouette me passe à vélo, dans un bref éclair, j’admire, suivi aussitôt du mauvais réflexe : quelques années plus tôt, j’aurais été capable de la suivre, peut-être de la doubler.

En plus, les jeunes ne pensent pas comme nous, ne font pas comme nous. Quand nous sommes prêts à convoquer le conseil des anciens pour savoir s’il faut mettre de l’huile d’arachide ou d’olive sur la pizza, eux mettent celle qui leur tombe sous la main. Si c’est bon, ils gardent, sinon, ils l’abandonnent.

Ils n’utilisent plus les dictionnaires, ils ont le sacro-saint Google. Grâce à quoi, ils se permettent de nous contester. A voir ces cohortes de hollandais répandus sur la France d’un bout de l’année à l’autre, je les aurais crédités d’au moins 30 millions d’habitants. Et le google-man de me contredire avec 17 millions !

On voit bien que mes critiques sont molles et que j’ai surtout envie de me faire plutôt l’avocat de la jeunesse. En effet, non contents de nous saluer comme je le relatais récemment, ils cherchent à nous aider. Dès qu’on s’efforce de monter un objet lourd dans le filet du train, une jeune main aussitôt vient finir le mouvement.

On nous aide aussi à rester dans le coup, avec internet justement. Mon petit-fils informaticien n’est pas seulement ma « hot-line » habituelle. Il vient de s’emparer de mon P.C. pour le booster d’un nouveau disque dur. Déjà tout heureux de pouvoir écrire avec cet engin, je découvre aujourd’hui qu’on peut aller fouiller jusqu’à ses entrailles ! 

Si « la femme est l’avenir de l’homme », la jeunesse est l’espoir de demain. Je veux croire que nos petits-enfants sauront s’emparer des inventions de notre génération, dont l’internet, pour en faire le meilleur usage. N’est-ce pas la jeunesse qui s’est montrée la plus déterminée sur la défense de notre planète malmenée ?

Écrire un commentaire